SUD éducation Eure et Loir 28

05 juillet 2019

Fermeture de 400 écoles rurales : Blanquer a encore menti !

SUD éducation a appris par voie de presse que le ministre prévoit la fermeture de 400 écoles rurales. 150 seront la conséquence d’une décision du ministre. Les 250 autres fermetures correspondent à des projets de fusions et de regroupement d’écoles décidés par des collectivités locales avec l’accord du ministère. La majorité de ces écoles supprimées seront regroupées dans des Regroupements d’écoles concentrées, sortes de gigantesques complexes scolaires.

Une fois de plus, le ministre de l’Éducation nationale est pris en flagrant délit de mensonge ! En avril, il déclarait “nous ne fermerons pas d’écoles primaires à la rentrée”, qualifiant cette annonce “d’énorme”. Il reprenait ainsi une déclaration de Macron annoncée en pleine crise des gilets jaunes.
Cette déclaration n’avait alors trompé personne : le ministre essayait simplement de persuader les personnels du premier degré de ne pas se mobiliser contre les réformes et la loi Blanquer. Aujourd’hui, il est confirmé que le ministre de l’Éducation nationale ment éhontément, une fois de plus.

SUD éducation dénonce cette nouvelle étape de démantèlement du service public d’éducation qui conduit à la désertification des campagnes et qui oblige les personnels et les élèves à de longs déplacements.

SUD éducation revendique au contraire de cette orientation libérale portée par le ministre :
- la fin immédiate des fermetures d’école et de classe.
- une implantation équilibrée sur tout le territoire d’un service public d’éducation laïque, gratuit, et émancipateur, en particulier d’écoles élémentaires et maternelles.
- des créations massives de postes, à la hauteur des besoins.
SUD éducation appelle les personnels à se mobiliser contre ces destructions de classes et d’écoles, au côté des parents d’élèves et de leurs associations.

Fermeture de 400 écoles rurales : Blanquer a encore menti ! - SUD éducation

SUD éducation a appris par voie de presse que le ministre prévoit la fermeture de 400 écoles rurales. 150 seront la conséquence d'une décision du ministre. Les 250 autres fermetures correspondent à des projets de fusions et de regroupement d'écoles décidés par des collectivités locales avec l'accord du ministère.

https://www.sudeducation.org

 

Posté par sudeduc28 à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 juillet 2019

SUD éducation apporte son soutien aux jurys solidaires des grévistes : le ministère incapable de publier les résultats du baccal

Hier soir à la télévision, le ministre Blanquer a adopté un ton martial pour menacer les personnels engagés dans la grève des corrections du brevet et les rétentions de notes du baccalauréat. Il tente par tous les moyens de minimiser l’impact de la grève, et se trouve confronté à son efficacité.

Fidèle à son habitude, le ministre continue de croire que des déclarations à la presse vaudraient une instruction officielle. C’est ainsi que les consignes qu’il donne ont été relayées parfois oralement par des chef-fe-s de centre, parfois sur des feuilles sans en-tête ni signature sans aucun caractère officiel.

Les personnels convoqués dans les jurys sont
– soit en grève ;
– soit siègent mais adoptent des motions indiquant qu’il leur est impossible de délibérer au vu des manques de notes pour les candidates et les candidats ;
– soit acceptent de délibérer uniquement pour les candidat-e-s qui auraient toutes leurs notes.
Les motions en ce sens adoptées par les jurys se multiplient.
Les personnels sont solidaires des grévistes qui retiennent les copies, et en tant que membres d’un jury souverain aux termes du code de l’éducation leur refus de se conformer au caprice d’un ministre est légitime et légal.
Les dysfonctionnements se multiplient : certains rectorats procèdent à une saisie de notes fantaisistes, les chef-fe-s de centre exercent des pressions inadmissibles sur les membres des jurys.
Il est d’ores et déjà certain que le ministère ne sera pas en mesure de publier ce soir les résultats comme escompté.

SUD éducation soutient pleinement les grévistes engagé-e-s dans les rétentions des notes, et les membres des jurys qui refusent de se livrer à la farce ministérielle.

SUD éducation apporte son soutien aux jurys solidaires des grévistes : le ministère incapable de publier les résultats du baccalauréat.

Communiqué de SUD éducation Hier soir à la télévision, le ministre Blanquer a adopté un ton martial pour menacer les personnels engagés dans la grève des corrections du brevet et les rétentions de notes du baccalauréat. Il tente par tous les moyens de minimiser l'impact de la grève, et se trouve confronté à son efficacité.

https://www.sudeducation.org

 

Posté par sudeduc28 à 17:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Grève des examens : adresse de la fédération SUD éducation aux élèves et à leurs parents

Depuis le 17 juin, les personnels de l’éducation sont mobilisés dans le cadre d’un mouvement de grève durant la période des examens. Le 17 juin, à l’occasion du premier jour du baccalauréat général, de nombreuses et nombreux enseignant-e-s se sont mis en grève. Parmi elles et eux, beaucoup étaient suffisamment déterminé-e-s pour se réunir en Assemblée générale et décider de reconduire la grève au lendemain !

Le 24 juin, c’était au tour des enseignant-e-s de lycée professionnel de se mettre en grève, cette fois à l’occasion des corrections de copies du baccalauréat professionnel. Et le 1er juillet, les enseignant-e-s de collèges ont également participé à un mouvement de grève à l’occasion du premier jour du diplôme national du brevet.

Toutes ces mobilisations ont été appelées par de nombreux syndicats de personnels de l’éducation, dont SUD éducation. Si autant de syndicats du public, de l’agricole et du privé, se sont mis d’accord sur ces actions de grève, c’est bien que les raisons qui nous poussent à nous mobiliser sont fortes !

En parallèle, depuis le 17 juin, des enseignantes et enseignants de lycée ont mis en discussion une modalité d’action qui est aujourd’hui beaucoup mentionnée dans les médias : les rétentions de notes. Les enseignant-e-s avaient jusqu’au mardi 2 juillet pour rentrer les notes des copies du baccalauréat général dans un logiciel. Pour mettre la pression sur le ministère, les collègues ont massivement choisi de ne pas saisir les notes tout de suite : ils et elles ont donc fait grève le jour de la saisie des notes. Les collègues ont poursuivi leur mouvement, et sont en grève jusqu’à aujourd’hui 4 juillet, pour ne pas participer à la mascarade de jurys qui statuent sans l’intégralité des résultats des candidates et des candidats au baccalauréat. Les collègues qui corrigent le DNB refusent pour leur part de participer aux corrections dans les établissements et sont aussi en grève.

Pourquoi les personnels et les syndicats sont-ils autant en colère, au point d’utiliser des moyens d’actions aussi forts malgré les menaces du ministre ? Tout simplement parce que le ministère empile les réformes, sans jamais écouter ni les personnels, ni les syndicats, ni les parents, ni les élèves :
• toutes les réformes (Parcoursup, réforme du baccalauréat général et technologique, réforme du lycée professionnel, loi Blanquer) ont été rejetées par une grande instance, qui réunit les principaux syndicats de l’éducation, mais aussi les fédérations de parents d’élèves : le Conseil supérieur de l’éducation. Le ministre, à chaque fois, est passé en force !
• les personnels se sont mobilisés, depuis l’année dernière, contre toutes ces réformes, parce qu’ils considéraient qu’elles allaient aggraver les inégalités entre les élèves : sélection à l’entrée à l’université avec Parcoursup, inégalités entre les bacs en fonction de l’endroit où ils ont été obtenu avec la réforme du bac, casse du lycée professionnel… Les faits leurs donnent déjà raison.
• les élèves et étudiant-es se sont aussi fortement mobilisé-es, durant l’année scolaire 2017-2018 contre Parcoursup et en décembre 2018 contre la réforme du bac !
Blanquer, dans les médias, souffle le chaud et le froid : il alterne un discours de mépris à l’égard des personnels, et les manœuvres grossières d’intimidation, comme la menace du retrait de quinze jours de salaires.

Tout ce que nous demandons, c’est que le ministre écoute les personnels, les élèves et les parents, et qu’il renonce à ses projets funestes. C’est bien le ministre, avec son empilement de réformes et son autoritarisme, qui est responsable de la situation actuelle.

Nous comprenons tout à fait l’inquiétude des élèves et de leur parents. Mais pour nous, l’inquiétude principale, c’est l’effet qu’auront toutes ces réformes pour les futures générations de bachelier et de bachelières ! C’est pour cela que nous avons besoin du soutien de tou-te-s les usager-e-s du service public d’éducation, élèves et parents.

C’est toutes et tous ensemble que nous pouvons mettre un coup d’arrêt à la politique du ministère !

 

Grève des examens : adresse de la fédération SUD éducation aux élèves et à leurs parents

Depuis le 17 juin, les personnels de l'éducation sont mobilisés dans le cadre d'un mouvement de grève durant la période des examens. Le 17 juin, à l'occasion du premier jour du baccalauréat général, de nombreuses et nombreux enseignant-e-s se sont mis en grève.

https://www.sudeducation.org

 

Posté par sudeduc28 à 14:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juillet 2019

Intimidation, menaces : Blanquer démenti par son propre ministère

Intimidation, menaces : Blanquer démenti par son propre ministère

Communiqué de la fédération SUD éducation

 

Le ministre de l’Éducation nationale impose par la force ses projets réactionnaires et libéraux. Les personnels mobilisés massivement qui luttent depuis plusieurs mois sont victimes de la répression qu’il met en œuvre.

Le ministre, par son obstination irresponsable, porte l’entière responsabilité de la grève des examens, en particulier du baccalauréat et du brevet.

Dernièrement, le ministre a multiplié les menaces de retraits de salaires contre les personnels. Les recteurs et rectrices lui emboîtent le pas dans une surenchère aussi fantaisiste que ridicule, en appelant à une invraisemblable intervention des “forces de l’ordre”. Les mails demandant de rendre les copies jeudi à 8h avant les jury n’ont aucune valeur juridique : il suffit d’être en grève.

Pourtant il est démenti par son propre service juridique, qui écrivait dans sa lettre d’information juridique n°129 en 2008 que les retraits de salaires ne peuvent s’opérer qu’à compter du moment où les notes ne sont pas saisies, et uniquement pour les jours de retards dans la saisie des notes et le rendu des copies.

Les mensonges du ministre traduisent sa fébrilité.

SUD éducation soutient toutes les modalités d’action décidées par les personnels en Assemblée générale. SUD éducation appelle à étendre collectivement le mouvement de grève des examens : rétentions de notes, grève des corrections sur site, solidarité avec les convoqué-e-s…

- - - - - -
Fédération SUD Éducation
31 rue de la Grange aux Belles, 75010 Paris
Tél. : 01 58 39 30 12
Mél : fede@sudeducation.org

Site : www.sudeducation.org

Intimidation__menaces_Blanquer_d_menti_par_son_propre_minist_re

Posté par sudeduc28 à 23:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Grève des examens – Menaces de sanctions, de retraits de salaires : le ministre a peur et il ment

Grève des examens – Menaces de sanctions, de retraits de salaires : le ministre a peur et il ment

Communiqué de SUD éducation

 

Le mouvement de grève des examens, quelle que soit sa forme, prend une ampleur importante :
—  grèves lors des surveillances,
—  grève des corrections sur site,
—  grève pour la saisie des notes et les rétentions de copies
—  grève durant les délibérations de jury.
Face à un mouvement qui s’amplifie contre les réformes libérales et réactionnaires voulues par le ministre, Jean-Michel Blanquer agite dans la presse des menaces de sanctions contre les personnels mobilisés.

Ces menaces n’ont, une fois encore, aucune portée juridique. SUD éducation rappelle que les personnels grévistes exercent un droit garanti par la Constitution et la loi : toute sanction prise dans ce cadre serait illégale. En ce qui concerne les rétentions de copies, les textes réglementaires prévoient explicitement que les retraits de salaire ne peuvent intervenir qu’à compter du jour où l’administration est en position de constater un retard dans la saisie des notes ou du rendu des copies (circulaire du 4 juillet 1961), un retrait rétroactif remontant à la récupération des copies serait donc illégal.

La posture autoritariste du ministre montre bien inquiétude face à la détermination des personnels. Ces méthodes font écho à la répression et aux tentatives d’intimidation menées par le ministère contre les personnels mobilisés depuis le début de l’année scolaire.

SUD éducation soutient toutes les modalités d’action décidées par les personnels en Assemblée générale. SUD éducation appelle à étendre collectivement le mouvement de grève des examens : rétentions de notes, grève des corrections sur site, solidarité avec les convoqué-e-s…

le_ministre_a_peur_et_il_ment

Posté par sudeduc28 à 23:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]


28 juin 2019

Grève des examens !

 

Grève des examens ! - SUD éducation

Le monde éducatif connaît actuellement une mobilisation d'une ampleur particulièrement importante. Depuis le 19 mars, les personnels, en particulier (...)

https://www.sudeducation.org

 

Posté par sudeduc28 à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juin 2019

Canicule : Courrier unitaire au ministère

 

COURRIER UNITAIRE SUR LA CANICULE - SUD éducation

Monsieur le Ministre, La quasi-totalité de la France métropolitaine est placée en " alerte canicule " jusqu'à la fin de la semaine. Si l'ensemble de (...)

https://www.sudeducation.org

 

Posté par sudeduc28 à 14:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2019

Grève des examens : le brevet est reporté, la mobilisation continue !

 

Grève des examens : le brevet est reporté, la mobilisation continue - SUD éducation

La mobilisation contre les réformes Blanquer prend incontestablement de l'ampleur. La grève du 17 juin a été une réussite, avec des centres d'examens (...)

https://www.sudeducation.org

 

Posté par sudeduc28 à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Canicule le report du brevet n'espas suffisant !

 

Canicule : le report du brevet n'est pas suffisant - SUD éducation

Le territoire connaîtra toute cette semaine un épisode caniculaire. La chaleur très importante pèsera lourdement sur les conditions de travail des (...)

https://www.sudeducation.org

 

Posté par sudeduc28 à 15:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juin 2019

Tous et toutes en lutte et en grève le 27 juin contre les réformes Blanquer

CP-27juin_defCP_27juin_def

 

Préavis de grève de la Fédération SUD éducation :

depot_d_un_preavis_de_greve__22_juin_au_22_aout_2019

Posté par sudeduc28 à 09:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]